Presse : Don Quixote

Don Quixote - Aparté, 2018

A propos de l’album :

An amalgam of modernism and Romanticism, Richard Strauss’ music provides imageries of endless spectacle and lasting impression. Furthermore, the cello is one of those instruments seldom spotlighted by a composer detailing in such clarity. Enter Ophélie Gaillard, a contemplative cellist who wrestled with Strauss’ public persona and created a partial blockade to the music. Her unique peregrination and evolutionary processes help one understand her determined, deeply persuasive transcription of these oeuvres.

In reading Ophélie Gaillard’s narrative, one senses her love of literature and ability to uncover the beauty of Strauss in candid fashion. The pièce maîtresse is carried inside the symphonic poem, Don Quixote, whereby we’re drawn into Mlle. Gaillard’s transitional journey in a grounding of Kabbalah exegesis via the acronym, PaRDeS. Dominique Aubier’s encoding [thoughts] alongside perspectives of rabbi/philosopher Marc-Alain Ouaknin enlarge the listener’s awareness inside these variations fantastiques. What’s revealed is a whole new world of musical methodology, and in doing so, we learn through the cellist’s hands a discovery of esoteric outreach. Aside from the “Introduction” and “Finale”, Strauss was keen on dismissing any sort of chronological sequence within the body of the work. While this may initially appear disruptive to those aligned with orderliness, Don Quixote moves through each of the “variations” without timidity. We don’t encounter the cello until the thematic chapter, an outline of the errant knight’s doleful countenance. Making sense of each of the tableaux brings us back to the covert acrostic PaRDes and its hidden musical equations.

Ophélie Gaillard is not shy about demonstrating rawness and refinement. There’s power in the bow that reaches into the soul of humor and eccentricity: stern approaches within “The Adventure within the Process of Penitents” [Variation IV], legato moodiness and wariness (“Don Quixote’s Vigil” [Variation V]) and the cinematic dynamism found when landing upon the Knight during the “Joust of the Bright Moon” [Variation X.] The most episodic footprint emphatically points to “The Death of Don Quixote” [Variation XI] where one is intoxicated by Straussian pathos, made irresistible by Mlle. Gaillard…instantaneously, time freezes and we succumb to such magic in the music. Sublime.

There actually is a logical timeline progression on this Aparte Music CD: we first hear the Sonata for Cello and Piano which was completed in 1883. Even though Richard Strauss completed this work at age 19, it shows a tremendous amount of maturity and sophistication. The enhancement of cello points toward the marriage of piano which gives the composition an understated conversant dialogue. Vassilis Varvaresos teases away at the keyboard, giving balance to the entire opus. The energetic parsing of phrases within the “Allego con brio” gives way to a more mollified “Andante” with cello gravity and anchored in somberness. This segment gives wide berth for Ophélie Gaillard to formalize her diction, melding cello and piano in a platonic balance of energy. Convincing, yes…it soothes, yet it’s trumped by a pined longing. Returning, M. Varvaresos pricks away at piano in an interaction [with Gaillard’s cello] of plucky elfin attitude upon the “Allegro” conclusion. Momentum builds and the entire piece generates absolute satisfaction.

The aforementioned conveyance cleanly segues into the Romanze of the same key. In turn, this sets itself up for a pleasant sojourn. One is entranced by this mellifluous music filled with stately passages. Anticipations of Der Rosenkavalier surmount this highly approachable piece. In this instance, however, we witness an echoing of adroit conversations from the Czech National Symphony Orchestra under meticulous care of Julien Masmondet. Sentimentality overflows. Ophélie Gaillard’s performance wouldn’t be complete without paying homage to Richard Strauss by way of vocal outreach. She chooses to hone in on Vier Lieder, particularly the Morgen lied (first version) that includes the cello. Paired with mezzo-soprano Beatrice Uria-Monzon, this lyrical/instrumental interaction sizes up to be a highly emotional backdrop as it elicits a sort of “swan song” since Richard Strauss died a year after its debut in 1948. One can see why Mlle. Gaillard engenders a respectful tribute to the wonders of the beloved German. Ophélie Gaillard is to be lauded on all fronts. Highly persuasive and highly evocative.

ConcertoNet.com, juillet 2018

Ophélie Gaillard est certainement l’une des violoncellistes les plus talentueuses de sa génération. Cofondatrice avec sa soeur de l’ensemble Amarillis qui sort ces derniers jours un magnifique album consacré à Haendel, l’ancienne révélation des Victoires de la musique n’hésite pas à s’aventurer sur des sentiers peu empruntés comme en témoigne son précédent album, Exils où elle s’emparait des influences hébraïques d’un Bloch, Korngold ou Prokofiev.

Ce nouveau disque est consacré au Don Quixote, ce poème symphonique relativement peu connu pour violoncelle, alto et grand orchestre de Richard Strauss. Elle est magnifiquement accompagnée par l’alto de Dov Scheindlin qui tient le rôle de Sancho Panza. Quant à l’orchestre, il arbore parfaitement son costume straussien, tantôt puissant, tantôt espiègle. Dans les variations, le violoncelle est à l’aise, complice d’un orchestre qui ne joue pas, au contraire, la surenchère. On revient alors à sa platine et on met la version Rostropovitch avec Koch et Karajan et on se rend compte que l’élève touche du doigt le maître…

Hebdoscope, avril 2018

Ophélie Gaillard — prestigieuse violoncelliste franco-helvétique, intrépide et d’un activisme débordant, titulaire des plus hautes distinctions internationales et discographiques — a signé autour de Richard STRAUSS (1864-1949) un programme éclectique et très raffiné pour violoncelle seul, violoncelle et piano (avec Vassilis Varvaresos), violoncelle et orchestre (Orchestre national symphonique tchèque, dir. Julien Masmondet) ou encore violoncelle, piano et mezzo-soprano (Béatrice Uria Monzon).

À découvrir immédiatement avec intérêt et admiration, entre autres, pour la sonorité et l’intériorité des mouvements lents (Andante de la Sonate en Fa majeur (op. 6), Andante cantabile de la Romance (op. 13) avec accompagnement d’orchestre) et pour les choix judicieux des tempi dans Don Quixote, Variations fantastiques sur un thème à caractère chevaleresque (op. 35). Dans cette oeuvre, le violoncelle est associé à Don Quichote ; le violon à Dulcinée ; l’alto à Sancho Panza. Elle traduit musicalement des atmosphères associées aux faits : aventures, bataille, conversation, chevauchée, combat, duel, mort sereine, avec 1 thème et 10 Variations et une conclusion calme et expressive bénéficiant d’une extrême minutie. De plus, l’arrangement du compositeur pour violoncelle, piano et soprano de Morgen (extrait des 4 Lieder (op. 27), 1894, orchestrés en 1897) sur le poème de John Henry Mackay : Tomorrow, the sun will shine again (Demain, le soleil brillera à nouveau), traduisant le silence muet du bonheur, retiendra l’attention grâce au remarquable concours de Béatrice Uria Monzon.

Ce somptueux enregistrement, réalisé en 2018 par Little Tribeca, comptera dans les annales d’APARTEMUSIC. Il galvanisera les mélomanes par son exaltation, sa poésie, son lyrisme et sa plénitude sonore.

Édith Weber, avril 2018

This is a complex but amazing recording. Ophélie Gaillard’s accomplishment, the excellent orchestra, the sensitive rendition of Julien Madmondet and, in the Sonata, Romanze and Morgen, the fine accompaniment of Vassilis Varvaresos make this a wonderful experience and present Strauss’s music at its best.

The Music Gala, juillet 2018

Gaillard really is at the top of her game in this disc: full-toned and playing with authority, dignity and a warm lyricism. Strauss’s youthful sonata, recorded this January in Paris on Gaillard’s loaned 1733 Gofriller – only weeks before its theft at knifepoint – is engagingly expressive. Gaillard’s strong, expansive playing draws us right in, and makes a huge opening of the powerful declamatory chords. The recorded sound brings out the woody richness of the instrument while the profound slow movement is made extra-effective by Gaillard’s use of minimal vibrato.

Don Quixote is glorious. To the backdrop of the sumptuous orchestral palette conjured up by the Czech National Symphony Orchestra, Gaillard proves herself a master of dramatic characterisation, with her witty portrayal of comic uncertainty in Variation 1, expressive soaring as the Don dreams of Dulcinea in Variation 5, and the tenderness of his deathbed speech, where her cello movingly takes on the quality of a human voice. Don Quixote’s scenes with Sancho Panza and Dulcinea, solo viola and violin, are more closely recorded to give a chamber feeling.

The Romanze, performed in its orchestral version, is full of tenderness, while Strauss’s first version of his song, Morgen, with solo cello, transports the listener to a state of ecstasy.

Janet Banks, The Strad, juin 2018

N’a-t-on pas déjà tout dit sur le métier irréprochable de la violoncelliste française ? Et pourtant, avec cet enregistrement consacré à Richard Strauss, Ophélie Gaillard fait une fois de plus la magnifique démonstration de sa musicalité.

Là où, dans la Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur op. 6 de Richard Strauss, ses collègues violoncellistes martèlent les cordes réussissant à « économiser » près de deux minutes sur cette oeuvre ou d’autres s’épanchent pendant presque dix minutes de plus, la violoncelliste française adopte des tempos qui s’attachent à favoriser la ligne mélodique, le chant de la partition. Cela ne l’empêche nullement d’attaquer cette sonate avec force, une force qui densifie la note, qui joue la note. À l’instar d’un Arturo Toscanini (un ex-violoncelliste lui aussi !) qui, dans nombre de ses tonitruantes répétitions, hurlait : « Tutte le note ! Tutte le note ! » Jouer toutes les notes parce que, si elles existent sur une partition, c’est qu’elle doivent être jouées. Et non pas simplement suggérées !

Dans la Romance pour violoncelle et orchestre en fa majeur, op. 13, la violoncelliste française s’offre un beau moment de lyrisme alla Beethoven dans cette oeuvre de jeunesse de Richard Strauss. Dans Don Quichotte, op. 35, pièce maîtresse de ce disque, le compositeur affirme son écriture musicale. On entend déjà des accents de Rosenkavalier, d’Elektra, de Salomé. Dans ce jaillissement harmonique, la direction d’orchestre de Julien Masmondet fait merveille. Il ne ménage pas les effets scintillants d’une musique qui déjà, contient tout le génie orchestral du compositeur allemand. Dans cette déferlante musicale, il sait néanmoins calmer les ardeurs de son orchestre pour laisser place au violoncelle d’Ophélie Gaillard. En apothéose, le Finale à lui seul vaut l’achat de ce disque.

Pour compléter l’oeuvre pour violoncelle de Richard Strauss, la version originale de Morgen, tirée des Vier Letzte Lieder, n’apporte qu’une vision d’intérêt musicologique, avec une Béatrice Uria-Monzon à la voix quelque peu fatiguée. 

Jacques Schmitt, ResMusica, juin 2018

Richard Strauss‘ Cello-Sonate, begonnen als Jugendwerk im Jahre 1888 und 1898 abgeschlossen, steht am Beginn dieses Programms: Ophélie Gaillard und Vassilis Varvaresos gelingt eine hochemphatische Interpretation von passagenweise fast sinfonischer Größe.

Umgekehrt arbeiten Gaillard, die Geigerin Alexandra Conunova und der Bratschist Dov Scheindlin in Zusammenarbeit mit dem Czech National Symphony Orchestra in der Tondichtung „Don Quixote“ gerade die kammermusikalische Seite der Musik nachdrücklich heraus: Das Orchester schafft durch die zehn Variationssätze des Werkes hindurch mit Eleganz und Dezenz den Rahmen für eine effektvolle Entfaltung der Solopassagen, ohne an anderer Stelle auf große sinfonische Effekte zu verzichten. Eine überzeugende Leistung des Dirigenten Julien Masmondet. 

Rondo, août 2018

Voilà un CD avec un vrai programme, construit autour de Don Quichotte. Il ne me semble d’ailleurs pas avoir vu de violoncelliste français(e) enregistrer cette oeuvre depuis longtemps (par exemple Fournier ou Tortelier, qui l’enregistrèrent d’ailleurs tous deux avec la Philharmonie de Berlin). On appréciera en outre un texte concerné et bien documenté d’Ophélie Gaillard (avec ses préventions vis-à-vis de l’homme Richard Strauss) ainsi qu’une présentation des oeuvres par Alain Poirier.

La Sonate et la Romance sont des pièces d’un compositeur de 19 ans. Ophélie Gaillard les joue avec engagement et lyrisme. Outre le dynamisme des mouvements extrêmes de la Sonate, on appréciera surtout le charme de l’Andante ; la Romance pour violoncelle et orchestre est une pièce très charmeuse, au bon sens du terme et constitue un excellent prélude à Don Quichotte. La version originale de Morgen, elle, ne fait pas oublier la version orchestrale.

Le jeune chef Julien Masmondet était notamment apparu au disque accompagnant François Dumont dans des concertos de Mozart. J’avoue ne pas être un grand fan de Richard Strauss, à l’instar de Rafael Kubelík, qui déclarait juste bien aimer quelques pages du Chevalier, ce qui d’ailleurs ne l’empêcha pas de diriger cette oeuvre avec Pierre Fournier…

Ici encore Ophélie Gaillard propose une lecture vivante, engagée – elle semble même personnifier encore plus Don Quichotte que ses aînés, écouter par exemple la longue phrase de la dernière variation, la mort de Don Quichotte. Très belle cohésion avec l’orchestre, dirigé avec soin par Julien Masmondet – par exemple le superbe phrasé des cordes au début des pénitents.

Un très beau disque Aparté

Thierry Vagne, avril 2018

Suite Pour Violoncelle Seul – Intermezzo E Danza Finale Alvorada
  1. Suite Pour Violoncelle Seul – Intermezzo E Danza Finale Alvorada
  2. O Canto Do Ciscne Negro Alvorada
  3. Falla (De) – Siete Canciones Populares Españolas – Nana Alvorada
  4. Piazzola – Grand Tango – Tempo Di Tango Alvorada